Catégories
Ateliers blog

CM2#2 Formuler une question philosophique

Un peu de méthodologie pour formuler une question philosophique…

Après avoir classé les différents types de question, aujourd’hui, nous prenons le thème de la liberté pour prendre le temps de formuler des questions…

Travail préparatoire avec un organigramme : chacun partage ce que lui évoque le mot « liberté ». Nous pouvons classer les idées en

  • synonyme
  • contraire
  • images
  • expressions
  • exemples
  • contre-exemples

Voilà ce que ça donne dans le premier groupe :

organigramme liberté

Grâce à cette matière, les enfants formulent des questions philosophiques. Pour le premier groupe :

  • Sera-t-on libre quand on sera mort ?
  • Est-on plus libre quand on est adulte ?
  • Sera-t-on plus libre quand on aura fini l’école et qu’on aura le bac ?
  • Serait-ce possible d’être complètement libre ?
  • Sommes-nous libres quand il y a des lois ?

Le deuxième groupe a pu faire un vote par approbation après la cueillette de questions :

  • Comment peut-on être vraiment libre ?
  • Est-ce que tout le monde peut être libre ?
  • Que veut dire « liberté » ?
  • Est-ce que les adultes sont plus libres que les enfants ?
  • Peut-on décider d’être libre ?
  • Y a-t-il des adultes plus libres que d’autres ?
  • Les animaux sont-ils plus libres que les humains ?
main sur grillage

Nous avons donc pu débuter une discussion à partir de la question élue : « Peut-on décider d’être libre ? »

Voici leurs réponses :

  • oui
    • en disant la vérité
    • à l’école quand on a fini notre travail, on a un temps de liberté
    • quand on décide de respecter la loi
    • c’est facile d’être libre quand on est un adulte, on dit qu’on est malade et on ne va pas au travail
  • non
    • pas tout le monde
    • quand quelqu’un a fait quelque chose de mal, il perd en liberté, car on va décider à sa place sa punition
    • à l’école on n’est pas libre
    • quand on est en colère, on n’est plus libre, ça nous emprisonne
    • quand on ment, on n’est pas libre, parce qu’après on doit continuer à tenir notre mensonge
  • Souvent, on alterne entre des moments de liberté et des moments où on n’est pas libre.
  • Quand on fugue on est libre
  • Quand on tue une fois, on va se faire punir, mais après on est libre de recommencer puisque de toute façon on est déjà puni
  • Quand on est libre et qu’on fait des choses mal, après on n’est plus libres
  • Avant de faire du mal, on est libre de choisir de le faire ou pas.
Et vous, à quel moment décidez-vous d’exercer votre liberté, ou d'y renoncer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.